Olivier, étudiant en sociologie, ne peut travailler à ses études en toute sérénité dans son appartement, dont il est propriétaire, depuis que des nouveaux voisins se sont récemment installés.

Contexte

Ceux-ci sont très bruyants et ne respectent pas le règlement intérieur de la copropriété.
Après quelques tentatives infructueuses de dialogue auprès de ses voisins, Olivier contacte le syndic pour faire un signalement des agissements de ceux-ci et de la gêne occasionnée par les nuisances sonores.

Process

Le syndic, partenaire d’Hérault Médiation, l’oriente vers la médiatrice.
Olivier contacte la médiatrice pour lui exposer les faits.

Rendez-vous est pris afin que la médiatrice puisse s’informer plus avant de la situation.
Elle entre, dans un second temps, en contact avec les voisins pour leur exposer le préjudice subi par Olivier.
Elle leur propose une médiation, rencontre dans les bureaux de la médiatrice, afin de trouver un « terrain d’entente ».

La médiatrice commence l’audience avec calme et détermination afin de créer une ambiance favorable à la résolution du problème. Après s’être présentée, la médiatrice explique comment se déroulera la séance, de telle manière qu’aucun des participants ne soit pris au dépourvu. Les règles de base sont alors établies et le rôle de la médiatrice est précisé.

La médiatrice donne à chacune des parties l’occasion de présenter les faits de son point de vue sans aucune interruption. Elle encourage les parties à exprimer tous les faits et sentiments cruciaux et essaie de dégager les causes sous-jacentes du problème.

Après chaque récit, elle demande aux participants ce qu’ils attendent exactement de l’audience et résume ensuite tous les aspects essentiels de la question.
La médiatrice reprend individuellement chacun des différents aspects du conflit et tente d’en dégager quelques points d’entente possibles. De là, elle encourage le dialogue et la coopération entre les parties en conflit.
Elle intervient fréquemment pour résumer et préciser les faits, en cherchant toujours des bases de négociation.

Si, malgré ces efforts, on arrive à une impasse où aucun participant ne veut ou ne peut « céder du terrain » à l’autre, la médiatrice doit simplement rappeler les motivations que chacun avait de recourir à la médiation. Il n’y a pas de « formule magique » pour arriver à un accord ; chacun doit y mettre beaucoup du sien.

Si les deux parties concernées sont satisfaites des résultats de la séance et arrivent à un accord sur les aspects cruciaux du conflit, la médiatrice procède à un résumé de l’accord en présence de tous les participants. L’accord est précisé par écrit et signé par les deux parties. Tous les signataires s’engagent à respecter les termes de cet accord.

La médiatrice pourra reprendre contact avec les parties quelques semaines après, pour s’assurer que l’accord est respecté.

Menu